Antonín Leopold Dvořák (1841 - 1904)

Le grand compositeur tchèque, longtemps considéré comme un aimable folkloriste, est maintenant estimé à sa juste valeur, au même titre que Schumann, Mendelssohn, Brahms ou Tchaikovski.

Les articles de ce site sont rédigés par des admirateurs de longue date de l'art dvořakien.

Un nouveau livre par les auteurs de ce site / A new book by the authors of this website :

Antonín Dvořák, un musicien par-delà les frontières

Cliquer ici

Attention
Toutes les nouveautés sur Antonin Dvořák et la musique tchèque sont désormais disponibles à l'adresse

http://musicabohemica.blogspot.com

Mettez à jour vos liens !

Quelques œuvres...

Symphonie n.1 Cloches de Zlonice

  • Des "Cloches de Zlonice" au Nouveau Monde : à travers les circonstances de ces deux symphonies, aux deux extrêmités d'un cycle de 28 années, un regard original sur l'approche dvorakienne.
  • Duos Moraves

  • Dvořák et les Duos Moraves
  • Danses Slaves

  • Dans leur version originale pour piano ou brillamment orchestrées, les Danses Slaves sont connues de tous les mélomanes.
  • Septième symphonie

  • Selon une tradition bien établie, la septième est la plus estimée des neuf symphonies de Dvořák.
  • Sainte Ludmila (Svatá Ludmila)

    Huitième symphonie

  • la huitième symphonie, malicieuse et ironique, est l'une des compositions les plus remarquables de Dvořák.
  • Trio op.90 Dumky

  • Le trio op.90, dit Dumky, est l'une des partitions les plus originales de Dvořák.
  • Symphonie n.9 du Nouveau Monde

  • Comment parler de Dvořák sans parler de la neuvième symphonie "du Nouveau Monde" ?

  • Un air d'Amérique : relations croisées entre Symphonie du Nouveau Monde et musique américaine
  • La Symphonie (extrait de Un air d'Amérique)

  • Des "Cloches de Zlonice" au Nouveau Monde : à travers les circonstances de ces deux symphonies, aux deux extrêmités d'un cycle de 28 années, un regard original sur l'approche dvorakienne.
  • William Ritter, collaborateur au Mercure Musical, répond à son confrère Magnus Synnestvedt qui avait émis des critiques peu aimables à l'encontre de la Symphonie du Nouveau Monde. Une passionnante Chronique Tchèque de 1907.

  • Quatuor n.12 "Américain"

  • De la rencontre entre le compositeur tchèque et un autre exilé - le Tangara écarlate... - naquit le quatuor « américain » tel que nous le connaissons.
  • Humoresques

    Concerto pour violoncelle op. 104 (B 191)

  • Dernière œuvre composée aux États-Unis - et retouchée en Bohême : le célèbre concerto pour violoncelle op. 104 (B 191)
  • Les secrets du Concerto pour violoncelle de Dvořák (Alain Chotil-Fani)
  • Derniers quatuors

  • De retour des Etats-Unis, le compositeur tchèque compose ses deux plus magnifiques quatuors, les ultimes.
  • Poèmes symphoniques

  • Les accents modernes du poème symphonique L'Ondin op.107 inspireront durablement Janáček.
  • Toujours sur l'Ondin, le poème original de Karel Jaromír Erben et un guide d'écoute.
  • Dernière œuvre symphonique de Dvořák, le Chant du Héros possède un souffle véritablement héroïque.
  • Rusalka

  • Faut-il voir dans le conte de fées lyrique Rusalka une tentative de réconciliation entre l'homme et la nature ? Une étude intéressante d'Eric Baude.
  • Toujours sur Rusalka, l'histoire du livret et des premières représentations.
  • Si le mythe de Rusalka a inspiré de nombreux compositeurs, russes notamment, on sait moins qu'un Français, Lucien Lambert, a écrit il y a un siècle une musique de ballet "La Roussalka". Un article de 1911.
  • Opinions sur Dvořák...

  • Le compositeur norvégien Edvard Grieg admirait profondément la musique de Dvořák. La nécrologie qu'il fit paraître le 13 mai 1904 dans le journal Verdens Gang de Christiana (aujourd'hui Oslo) mérite la plus grande attention. Elle nous offre un témoignage de première main sur le caractère parfois déconcertant du compositeur tchèque. (traduction Alain CF)
  • Correspondances...

  • Traduction française d'une lettre de Dvořák fraîchement arrivé à New-York (par Éric Baude)
  • Pour en savoir plus...

  • Mes recherches sur Dvořák et la France
  • une biographie de cet homme étonnant, depuis son village natal jusqu'aux avenues de New-York.
  • quelques questions que l'on me pose fréquemment sur le compositeur tchèque
  • voici une série d'anecdotes intéressantes sur Dvořák
  • le saviez-vous ? le köchel de Dvořák s'appelle Jarmil Burghauser. Voici, sous une forme interactive spécialement conçue pour ce site, le catalogue officiel des œuvres de Dvořák.
  • plus de précisions sur Karel Jaromír Erben, dont les poèmes inspirèrent souvent Dvořák
  • Un aperçu de la famille de Dvořák

  • Pour écouter...

  •  quelques fichiers MIDI que l'on m'a aimablement transmis.
  • Revenir à l'accueil